Livres, articles et autres plaisirs des mots

Les implications psychomotrices dans la lecture : les supports numériques sont-ils indiqués ?

Revue ANAE

ANAE N° 141

Vol 28 – Tome II – année 2016

Mais 2016

La rééducation neuropsychologique dans les troubles du neurodéveloppement ou des troubles cognitifs chez l’enfant

Dossier coordonné par G. Bussy, PhD, CHU Saint-étienne, Fondation OVE & C. Seguin, Neuropsychologue, Unité de recherche clinique, Hôpital Nord-Ouest, Villefranche-sur-Saône

Acheter le N° 141

 

S’abonner ou se réabonner pour 2016

 

Ce numéro fait partie de l’abonnement 2016, Vol 28 N° 140 à 145

 

Enjeux et perspectives de la rééducation neuropsychologique

 

 

Les troubles cognitifs qu’ils soient développementaux ou acquis entrainent d’importantes répercussions tant dans la vie scolaire que dans le quotidien  des enfants concernés. Ces difficultés ont également des conséquences sur leur devenir, générant parfois des scolarités adaptées ou aménagées. Pour certains de ces troubles, des professionnels de la rééducation sont identifiés tant par les autres cliniciens que par les familles. C’est le cas, par exemple, des orthophonistes qui traitent habituellement les enfants dyslexiques ou dysphasiques ou encore des ergothérapeutes et psychomotriciens intervenant auprès des jeunes dyspraxiques. La prise en charge neuropsychologique développée initialement pour l’adulte cérébro-lésé connaît actuellement un essor majeur en pédiatrie. L’approche pluridisciplinaire, combinant les apports des différents professionnels,  serait (sera) une chance supplémentaire pour les enfants. 

L’objectif de ce numéro  publié  par la revue A.N.A.E. est  non seulement d’aider à repérer le champ des possibles offert par la rééducation neuropsychologique mais, également, de modérer cet engouement incitant à croire que tout ce qui est proposé ou commercialisé est efficace, promettant, en conséquence,  un avenir serein pour cette pratique en général, quelles qu’en soient les formes..

Il serait en effet démagogue, et tous les auteurs de ce dossier l’ont signalé, de faire croire que la rééducation neuropsychologique est la solution à tout. Plusieurs raisons justifient cette prudence. 

La première est que  si l’on voit apparaître de nombreuses techniques ou programmes de rééducation, tout ce qui est proposé n’a pas forcément été scientifiquement validé. Ce premier point sera abordé dans plusieurs articles de ce numéro. 

Le second point - qui sera également traité -  concerne la réceptivité des enfants à la rééducation. : en effet,  certains enfants pris en  rééducation neuropsychologique ne progresseront pas. Il est important de connaître et reconnaître les limites de cette pratique, ce qui permettra justement  de  renforcer son crédit  s’agissant  des enfants auxquels elle s’adresse. 

Le troisième point limitant le développement de la rééducation neuropsychologique est la formation des professionnels. Le nombre de professionnels formés et donc compétents pour utiliser ces outils est faible. Il ne suffit pas d’utiliser un outil pour revendiquer la pratique  générale de la rééducation neuropsychologique. En France, il existe malheureusement encore trop peu de formations initiales et continues sur cette thématique  qui devrait permettre à un plus grand nombre de professionnels de proposer aux enfants la prise en charge la plus adéquate.

Dans ce but,  il est important que le professionnel sache exactement ce qu’il rééduque et comment.  Il peut paraître anodin de le spécifier mais on l’observe couramment de grandes lacunes dans ce champ :  il n’est malheureusement pas  rare de voir des rééducations entreprises sans support théorique sous-jacent,  voire même sans évaluation cognitive préalable constituant la ligne de base. L’utilisation de tel ou tel outil doit être justifiée par la présence de troubles cognitifs rééduqués par cet outil, et non  par le fait que cet outil a été développé pour rééduquer  telle ou telle pathologie en particulier. On voit par exemple fleurir les outils de rééducation du TDA/H. Or, tous les enfants atteints par  ce type de trouble neurodéveloppemental ne présentent pas exactement le même profil cognitif :   ils ne doivent donc pas être rééduqués de la même façon. La prise en charge neuropsychologique doit s’adapter à chacun.  Cet ensemble de considérations renvoie au fait qu’une rééducation efficace  doit  être nécessairement précédée d’une évaluation neuropsychologique fine et détaillée  mettant en évidence un  - ou des -  trouble(s) cognitif(s). C’est une condition sine qua non à la mise en œuvre d’une rééducation neuropsychologique. 

Si les conditions favorables sont rassemblées, alors la rééducation neuropsychologique peut offrir un complément essentiel dans la prise en charge des troubles cognitifs chez l’enfant. Nous ne mesurons pas toute l’étendue du potentiel de cette approche, certains domaines de la cognition n’en étant encore qu’aux balbutiements.  Le constat est, toutefois, prometteur. C’est en tout cas ce que les articles  publiés dans le présent numéro  d’A.N.A.E. tenteront de montrer. Nous espérons qu’au travers de ce corpus les auteurs apporteront des éléments de compréhension et permettront  de mieux définir la légitimité de la rééducation neuropsychologique. 

L’ensemble de ce numéro repose, donc, sur des constats et des réflexions à propos des pratiques existant  à ce jour. Des apports théoriques et cliniques constitueront le lit de ces articles écrits par des cliniciens et des chercheurs. Cette dualité  contribuera à sa richesse. Nous avons fait le choix de certaines rééducations et il est évident que nous ne traiterons pas tous les troubles neurodéveloppementaux. Notre objectif principal, à travers  ce dossier, était de mettre en lumière les possibilités qu’offre la rééducation neuropsychologique. Les professionnels concernés  auront maintenant  à développer  sur  une plus large échelle cette pratique innovante et prometteuse. 

Ce numéro d’A.NA.E. vous offrira des éclaircissements sur ces  nombreuses questions d’ordre théorique et clinique et contribuera à développer encore plus, encore mieux,  la rééducation neuropsychologique en pédiatrie. 

"L'attente du soir"

Premier roman de Tatiana Arfel, psychologue.

 

En résumé:

Ils sont trois à parler à tour de rôle, trois marginaux en bord de monde.


Il y a d’abord Giacomo, vieux clown blanc, dresseur de caniches rusés et compositeur de symphonies parfumées. Il court, aussi vite qu’il le peut, sur ses jambes usées pour échapper à son grand diable noir, le Sort, fauteur de troubles, de morts et de mélancolie. 


Il y a la femme grise sans nom, de celles qu’on ne remarque jamais, remisée dans son appartement vide. Elle parle en ligne et en carrés, et récite des tables de multiplications en comptant les fissures au plafond pour éloigner l’angoisse. 
 

Et puis il y a le môme, l’enfant sauvage qui s’élève seul, sur un coin de terrain vague abandonné aux ordures. Le môme lutte et survit. Il reste debout. Il apprendra les couleurs et la peinture avant les mots, pour dire ce qu’il voit du monde. 
 

Seuls, ces trois-là n’avancent plus. Ils tournent en rond dans leur souffrance, clos à eux-mêmes. Comment vivre ? En poussant les parois de notre cachot, en créant, en peignant, en écrivant, en élargissant chaque jour notre chemin intérieur, en le semant d’odeurs, de formes, de mots. Et, finalement, en acceptant la rencontre nécessaire avec l’autre, celui qui est de ma famille, celui qui, embarqué avec moi sur l’esquif ballotté par les vents, est mon frère. 
 

On ne cueille pas les coquelicots, si on veut les garder vivants. On les regarde frémir avec ces vents, dispenser leur rouge de velours, s’ouvrir et se fermer comme des cœurs de soie. Giacomo, la femme grise, le môme, que d’autres ont voulu arracher à eux-mêmes, trouveront chacun dans les deux autres la terre riche, solide et lumineuse, qui leur donnera la force de continuer. 

"L'enfant connecté"

Ouvrage collectif rédigé à partir des journées nationales de la FDCMPP de 2011, à Paris sur le même thème.

 

L’enfant, dans sa quête de réponses à l’énigme de l’existence, rencontre aujourd’hui de nouveaux outils technologiques qui modifient son ancrage corporel dans l’espace et le temps, comme ils imposent leur marque aux relations intersubjectives et à l’organisation des liens sociaux. L’usage de ces nouveaux objets est-il simplement instrumental, prothétique ou fétichique ? Comment l’enfant connecté peut-il maintenir un lien structurant avec son environnement humain tout en profitant des potentialités du monde numérique ?

Les auteurs, pour la plupart cliniciens travaillant en institutions, témoignent de leur pratique quotidienne auprès d’enfants et de parents, dont les demandes ou les souffrances se disent avec les mots des discours actuels, et se vivent avec les objets de télécommunication disponibles sur le marché. A partir de ces rencontres toujours singulières, ils tentent de penser les repères fondamentaux à garantir à l’enfant pour qu’il puisse, avec les nouveaux outils médiatiques, s’orienter et se développer.

 

"Les médiations aquatiques, un ailleurs en soi..."

L'eau vitale, originelle et ultime, exerce depuis la nuit des temps une puissante attraction sur nos esprits avides de savoirs. Constituant essentiel de notre être porteur de mémoire, l'eau est au centre de nos vies. Par son potentiel créateur et possiblement destructeur, elle éveille en nous un éventail d'émotions allant du bien-être à l'angoisse.

 

Par la richesse des sensations qu'il procure, le milieu aquatique est un formidable support à la relation que nous entretenons avec notre propre corps mais également à notre relation à l'autre.

 

Voici une histoire d'eau 
Qui chuchote, dans nos esprits 
La fragilité des mots 
La puissance du sens de l'écrit

 

Anne Luigi Duggan, forte de son expérience et de sa pratique clinique de plus de 20 ans avec l'eau, détaille ici sa réflexion sur une spécificité du travail appelé « médiations aquatiques ». Pas à pas, avec redondance et précisions nécessaires à une bonne compréhension, elle présente les points fondamentaux de ces pratiques.

 

Cet ouvrage s'écoule de cascades tourbillonnantes en lent courant qui se déroulent, de grands remous en brusques rapides pour venir effleurer de sa peau d'eau comme une caresse, des notions essentielles que sont l'animation, l'accompagnement et le soin.

 

Médiation à entrée corporelle, la médiation aquatique est un formidable outil de travail sur soi.

La rencontre avec l'eau, même l'espace d'un instant, d'une séance, n'est jamais anodine et peut mettre nos sens, nos ressentis, nos repères de terriens à rude épreuve. Elle entraine chacun dans une aventure identitaire, vers un ailleurs de soi permettant de se redéfinir et de se repositionner comme « terrien ».

 

Cet ouvrage propose de façon très accessible des appuis théoriques et pratiques facilitant la compréhension et l'utilisation de ce puissant outil. Il présente une synthèse novatrice, un autre regard qui ouvre des pistes de recherche et de réflexion sur les médiations aquatiques. Un des points fort de ce livre est qu'il s'adresse en trois tonalités distinctes aux animateurs, aux accompagnants et aux soignants. 

 

Yannick THOMAS

"L'art de l'enfance, l'enfance de l'art"

Art thérapie, Autisme, Supervision

Livre d'Anastasia Nakov, Dominique Desnot. Le Fil Rouge ; PUF ; 2013

 

Le fonctionnement d’un atelier d'art-thérapie accueillant de très jeunes enfants autistes a été minutieusement décrit et les interactions analysées le plus précisément possible. De très nombreux exemples cliniques décrits dans leur spécificité et leur mouvement évolutif jalonnent l’écrit et illustrent les modifications des symptomatologies des enfants. Une très large place est accordée à la nature du travail thérapeutique, à l’analyse des phénomènes de transfert et de contre-transfert, à l’analyse de l’inter-transfert et au travail de supervision psychanalytique. Les problèmes de la dynamique groupale et du cadre et leurs liens avec l’évolution des tableaux cliniques sont également abordés. Des illustrations picturales permettent de saisir la qualité de la sensibilité esthétique des enfants. Une bibliographie très fournie permet de consulter les sources psychanalytiques et artistiques à la base de ces élaborations. Anastasia Nakov est pédopsychiatre, psychanalyste, ancien chef de secteur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, vice présidente de la Fédération française de psychothérapie psychanalytique de l’enfant et de l’adolescent (membre de la Fédération européenne de psychothérapie psychanalytiques), membre du comité éditorial du Journal de la psychanalyse de l’enfant (ancienne et nouvelle séries), auteur de nombreux écrits dans le domaine de la psychanalyse et des arts. Dominique Bablet est artiste sculpteur, titulaire d’un diplôme d’art-thérapie de l’université Paris V – Descartes. Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions de sculpture et de peinture. Dominique Desnot est infirmière, formée à l’Observation psychanalytique du bébé selon la méthode d’Esther Bick (formation de la Tavistock Clinic de Londres ).

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now